Un chef d' œuvre parmi les manuscrits hébraïques enluminés
 


Biblioteca Palatina, Parme, Italie

Le Psautier de Parme

MS. Parm. 1870
(De Rossi 510)

Un livre de Psaumes (Tehillim) du 13ème siècle avec un commentaire par Abraham Ibn Ezra.

Un chef d' œuvre parmi les manuscrits hébraïques enluminés.

ISBN 0 948223 111
Prix: £2,235.00

acheter »

Parmi tous les manuscrits hébraïques médiévaux de Psautiers (tehillim) , le chef d'œuvre Ms. Parm. 1870 (Cod. De Rossi 510) , trésor de la Bibliothèque Palatine de Parme en Italie est un des plus anciens et des plus importants qui nous soit parvenus. Ce livre de Psaumes copieusement enluminé a été composé et décoré vers 1280, probablement à Emilia en Italie du Nord. Ses 452 pages contiennent le texte biblique en caractères hébreux larges et clairs avec vocalisation . Chaque psaume est enluminé et numéroté, nombreux sont décorés de manière exquise avec des instruments de musiques ou des scènes décrites dans le texte - ce qui est extraordinaire pour un manuscrit hébraïque de l'époque, et qui prouve que le travail fut exécuté par des Juifs. Seul un riche mécène riche aurait pu commanditer une oeuvre aussi élégante. La présence du commentaire d'Ibn Ezra suggère également que le mécène était bien éduqué. Les copies premières du commentaire d'Abraham Ibn Ezra sur les Psaumes sont très rare, et le commentaire présent dans le manuscrit contient un nombre de formulations qui n'existent pas dans les autres version. Ce fac-similé rappellera à son propriétaire le riche héritage du savoir médiéval et du patronage artistique juif.

Le manuscrit contient également les cérémonies pour les fiançailles, les mariages, les circoncisions et les enterrements, ainsi que pour les fins de Shabbat précédant une fête, moments ou les Psaumes sont surtout récités.

Folios 1b-2a - Psaume 1 - ‘ Bienheureux est l'homme qui ne vit point selon le conseil des méchants, et qui ne s'arrête point dans la voie des pécheurs, et qui ne s'assied point au banc des moqueurs’ Seul le premier mot du psaume ‘ashré’ et la bordure décorative sont enluminés.

Tehillim, le livre des Psaumes, est aimé des Juifs plus que tout autre livre de la Bible, excepté la Torah: presque chaque cérémonie contient au moins un des 150 chapitres et nombreuses autres prières sont en fait des mosaïques constituées de vers de psaumes, construites à partir de phrases familières. Les écrivains juifs traditionnels avaient en toute probabilité une connaissance approfondie de ce livre, car il était coutumier pendant des siècles pour les piétistes de réciter tous les 150 psaumes de manière cyclique chaque semaine: chaque page du manuscrit porte une indication en titre sur quel jour de la semaine il doit être lu.

Folios 42b-43a - Psaume 34 - David... en lire plus » Folio 188a - Psaume 126 - Deux personnages regardent vers le haut... en lire plus »

La popularité des Psaumes est facile à expliquer. Ils comprennent un riche assortiment d'hymnes, de lamentations et de poèmes didactiques écrit dans un style compact et frappant, parfois mysterieux et obscure, dont les idées sont développées à travers des arrangements de vers doubles ou triples de manière caractéristique de la poésie biblique. Le ton personnel et insistant des Psaumes en fait un complément naturel du Pentateuque. Un des midrash rend ce sentiment explicite: 'Moïse donna les cinq Livres de la Torah à Israël, alors que David leur donna les Psaumes, avec les cinq Livres.' La subdivision en cinq - marqué par les doxologies à la fin des psaumes 41, 72, 89 et 106 peut en effet être liée à la pratique ancienne, de nos jours oubliée, de la lecture des Psaumes en conjonction avec la lecture hebdomadaire du Pentateuque.

Les 150 psaumes correspondent en toute probabilité aux 150 lectures selon lesquelles le Pentateuque était divisé et lut à l'origine, une coutume qui disparu pendant le Moyen-âge.

Les illustrations de ce manuscrit sont particulièrement valables pour les musicologues et les historiens de l'art du Moyen-âge, car les images d'instruments de musique contemporains sont en général extrêmement rares et le Psautier de Parme en recèle de nombreuses.

Ce manuscrit somptueux comprend 226 feuillets (452 pages), de 13.5 cm x 10 cm (5.33po x 4.0po) sur 23 cahiers. Un cahier de 16 pages, rajouté à une date ultérieure, contient les cérémonies de fiançailles, mariage, circoncision et d'enterrement, ainsi que la fin du Shabbat précédant une Fête, moment ou les Psaumes étaient récités en particulier. Les riches décorations sont particulièrement intéressantes grâce à l'usage délicat de couleurs harmonieuses; l'or est employé généreusement mais avec sensibilité et l'enlumineur a pris soin de balancer les Psaumes et les commentaires avec les images en marge. Ce manuscrit est l'un des grands trésors des premières enluminures hébraïques. La bibliothèque Palatine de Parme en Italie, qui conserve près de 1650 manuscrits hébraïques, une des plus larges collections au monde. Giovanni Bernardo De Rossi, un hébraïsant chrétien, dont la collection se trouve à présent dans la bibliothèque Palatine, rassembla une des bibliothèques privées les plus abondantes de manuscrits hébraïques et de livres imprimés.

 
Folios 85b-86a - Psaume 64 (folio 85b) - Un personnage humain lève les deux mains... en lire plus »

Abraham Ibn Ezra, né en 1089 à Tudela en Espagne, était un maître de plusieurs branches du savoir médiéval - les mathématiques, l'astronomie, la grammaire et la philoshopie, ainsi que l'exposition de textes bibliques. ll combina un rationalisme d'une grande portée à une croyance ferme en l'astrologie d'une manière qui peut paraître surprenante à un esprit moderne, mais qui était normale à l'époque. Il a beau avoir été très pauvre la plus grande partie de sa vie, il voyagea beaucoup et sut faire face aux tours de fortune avec bonne humeur et équanimité.

Son esprit mordant, même pour un poète juif espagnol, n'épargnait pas ses ennemis. Néanmoins, cette caractéristique doit être examinée dans le contexte de l'humilité religieuse sincère qui apparait à travers ses meilleures œuvres poétiques et en prose. Abraham Ibn Ezra a laissé une œuvre considérable - on dit qu'il a composé pas moins de 108 livres, qui n'ont pas tous survécu jusqu'à nos jours ou qui n'ont pas tous été publiés. Sa pensée influente et sa créativité littéraires ont aidé la diffusion des sciences et de la spiritualité des Juifs espagnols bien au-delà de leur terre d'origine. À l'âge de soixante-dix ans, lorsqu'il sentait la mort venir, il fit un calembour sur un vers de la Bible: 'et Abram était âgé de soixante et quinze ans quand il sortit de la 'colère du monde'. La Bible (Genèse 12,4) dit en fait qu'il quitta la ville de 'Caran', mais Ibn Ezra ne put s'abstenir de faire une plaisanterie sur la ressemblance de ce mot (en hébreu Haran) avec le mot haron, qui veut dire 'colère' ou ‘furie’. À travers les siècles, Abraham Ibn Ezra a été considéré et respecté comme un des grands sages du judaïsme.

Psaume 149 (folio 213v) - ‘Chantez à l'Eternel un cantique nouveau!’ Un chef des chantres dirige cinq choristes devant lesquels un livre est ouvert avec des notes et des paroles Ein kamokha (‘Nul n'est comme Toi parmi les dieux, Seigneur'), un vers (Ps. 86,8) chanté de nos jours avant la lecture de la Torah les matins du Shabbat, selon le rite Ashkénaze (mais non Séfarade) .

Selon la légende, Abraham Ibn Ezra épousa la fille d'un autre grand poète, Judah Halevi, qui lui donna cinq fils. Seul un d'entre eux, Isaac, survécu une épidémie qui tua la famille entière. Cependant Isaac aurait plus tard abandonné le Judaïsme pour l'Islam et Abraham Ibn Ezra, alors vers la cinquantaine, fit pénitence en devenant un savant itinérant. Ses voyages l'emportèrent vers Rome, Lucca, Pise, Mantoue, Béziers, Narbonne, Bordeaux, Angers, Rouen et Londres, ainsi qu'en Espagne et en Afrique du Nord. Les rabbins des communautés Juives qu'il visita en France en 1147 décrivent la manière dont il 'ouvrit leurs yeux' par sa sagesse.

Folio 105a - Psaume 76 - Musique pour instruments à cordes. ‘Dieu est connu en Judée; Son nom est grand en Israël.’ agrandir »

Le commentaire sur le Livre des Psaumes présente certaines des qualités tant admirées: sa grande sensibilité du langage complexe, son intellect indépandent et sa compréhension profonde de la nature humaine. Di Rossi croyait que le manuscrit fut complété à Rhodes en août- septembre 1156, mais c'est en fait la date de l'achèvement du commentaire sur les Psaumes d'Ibn Ezra, dont ceci est une copie. Quand à l'emplacement, il semble qu'Ezra écrivit son commentaire à Rouen, au Nord de la France. Le nom latin de Rouen est Rodamagus, raccourci à Rodez (dans les documents hébreux), il était facile d'avoir un malentendu. L'attribution du livre des Psaumes au Roi David - qui conquit Jérusalem pour son peuple - est basée non seulement sur sa réputation de “chantre agréable d'Israël” (2 Sam. 23,1), mais, par le fait que 73 parmi eux emploient son nom. Le fait que les autres psaumes sont attribués à d'autres a été expliqué de différentes manières. Ibn Ezra s'occupe de cette question avec son 'intelligence et son calme' coutumiers. Les commentaires d'Ibn Ezra furent populaires dès le début, et sont admirés encore de nos jours, surtout par les étudiants avancés, non seulement pour leur caractère encyclopédique et style terse et énigmatique, mais également pour leur esprit critique et stimulant. Nombreux supra-commentaires furent écrits sur ses gloses, les transformant ainsi en un lien vital dans la longue chaîne des commentaires sur la Bible juive.

 
Folios 82b-83a - Psaume 61 (f. 82b) - Un personnage à la tête de chien soulève sa gueule... en lire plus »

Introduction

Ce fac-similé est le fruit d'un long travail de recherche par Michael et Linda Falter, qui se sont faits une réputation internationale pour la reproduction de manuscrits de très haute qualité qui reproduisent parfaitement le vélin, les couleurs délicates et l'or bruni des manuscrits médiévaux. Chaque copie réplique le plus parfaitement possible le manuscrit original. Les fac-similés ont non seulement l'apparence de l'original mais ont également la sensation au toucher de celui-ci.

Papier

Le manuscrit originel a été écrit et enluminé sur du vélin très fin et souple de veau mort-né diaphane qui demanda le développement d'un autre papier spécial. Le résultat est un parchemin végétal, au pH neutre non couché qui a les même caractéristiques que le cuir et qui rend l'impression très difficile.

Scène du folio 118b - Psaume 83 - Un personnage vêtu d'un vêtement verdâtre avec une cagoule lève le bras droit tandis qu'il montre de la main gauche trois guerriers devant lui, à gauche du mot initial. Ceux-ci, la tête haute, portent des piques, une rondache et un bouclier. Le personnage principal est Asaphe, l'auteur présumé du psaume qui supplie: ‘Ô Dieu! ne garde point le silence’, v.2 (1), et les guerriers sont des ennemis d'Israël, v.3 (2), ‘et ceux qui te haïssent ont levé la tête’.

Photographie

La prise en photo est la première étape de la production d'un fac-similé. Vivi Papi, le feu maître photographe italien réputé photographia le manuscrit dans la Bibliothèque Palatine à Parme sous la direction du Conservateur des Manuscrits hébraïques, Nice Ugollotti. Afin d'éliminer toute trace de la courbature près du dos, le manuscrit a été défait pour être photographié à plat. Du verre spécialement fabriqué qui parait 'plat' et 'blanc' permit de maintenir en place les feuillets défaits pendant la prise en photo. Ainsi, la page imprimée a la taille exacte de la taille originelle.

Séparation des couleurs, Épreuvage et Impression

Après la photographie, les séparations de couleurs ont été préparés à l'aide des technologies numériques les plus avancées. Les séparations sont alors corrigées manuellement par un spécialiste de la retouche avant de préparer un premier complet d' épreuves. Chaque épreuve est ensuite minutieusement vérifiée avec le manuscrit originel, et les couleurs sont ajoutées ou corrigées selon le besoin pour assurer une fidélité parfaite. Les épreuves sont renvoyées en Italie pour re-épreuvage (jusqu'à quatre fois par page) afin d'obtenir une reproduction idéale des couleurs. Les éditeurs vérifient et approuvent chaque page en personne à la presse d'imprimerie.

Le contre-plat intérieur du fac-similé, avec les numéros estampés à la main et les étiquettes des bibliothèques. agrandir »

Dorure

L'or en relief de l'originel est en très bon état, même s'il a plus de 700 ans! Il a été reproduit par un procédé spécial développé chez Facsimile Editions qui permet d'obtenir une dorure en relief sans repoussage. Les artisans ont appliqué la feuille de métal de couleur d'or manuellement sur toutes les enluminures du manuscrit.

Numéro

Le numéro de chaque fac-similé a été estampé à la main sur la reliure à l'aide de fers à dorer. Toutes les plaques d'imprimerie ont été détruites - avec consentement rabbinique - afin de ne pas imprimer de nouvelles copies du fac-similé, ce qui protège l'originalité et la valeur de cette édition.

Au fil des années les bibliothécaires ont rajoutés leurs étiquettes sur le contre-plat intérieur. Celles-ci ont été individuellement reproduites et collées sur le contre-plat intérieur.

La reliure du Fac-similé. agrandir »

Reliure

La reliure du Psautier de Parme a été recrée par notre Maître Relieur à Londres. Il ne reste plus que le dos de la reliure originelle qui a été recopiée dans les détails les plus minutieux sur de la peau de mouton Havana, dorée à chaud et vieilli à la main. Les plats extérieurs ont été recouverts de parchemin anglais de la plus haute qualité.

Avant d'être reliées et dorées, les pages irrégulières du Psautier laborieusement découpées pour être de la même taille et forme que les pages du manuscrit. Une fois ce travail achevé, chaque volume a été discrètement numéroté à l'aide de fers minuscules à perforation sur le contre-plat intérieur.

Le volume de commentaire est relié avec de la peau de veau marron foncé. Le dos a été doré à chaud.

Le fac-similé et le volume de commentaires dans le coffret de présentation élégant... agrandir »

Présentation

Le fac-similé et le volume de commentaires est présenté à l'intérieur d'un coffret marbré . Chaque complet est accompagné par un certificat portant le cachet et les signatures de la Bibliothèque Palatine et de Facsimile Editions.

Un certificat enluminé peut-être crée par notre calligraphe pour accompagner le fac-similé. Une copie du fac-similé du Psautier de Parme a été présenté au premier diplômé en études juives de l'université d'Oxford.

Édition

Le tirage de cette édition est strictement limité à 500 copies numérotées et 50 copies ad personam . Chaque copie est accompagné par un certificat portant le cachet de la Bibliothèque Palatine, qui vérifie le numéro du fac-similé et le nombre de l'édition.

Envoi, emballage et assurance

Le prix comporte un emballage robuste, livraison par courrier international et assurance. Nous faisons appel à UPS pour la plupart de nos envois et nous pouvons habituellement offrir une livraison internationale du jour au lendemain sans coûts additionnels. Une fois votre commande placée, nous vous enverrons une facture électronique et UPS vous contactera par courriel afin de vous permettre de suivre le progrès de votre commande.

 

 

La recherche a toujours constituée une partie essentielle du travail de Facsimile Editions: nous choisissons avec soin les meilleurs chercheurs pour examiner chaque manuscrit. Leur travail révèle fréquemment de nouvelles informations fascinantes. Chaque volume de commentaires est imprimé de manière exquise et relié de façon à compléter le fac-similé. Le volume accompagnant le Psautier de Parme contient des extraits considérables du commentaire d'Ibn Ezra, dont une partie n'a jamais auparavant été traduite.

Emmanuel Silver, ancien chercheur de la British Library, a passé de nombreuses années à étudier le texte important d'Ibn Ezra. Il a également préparé un long commentaire des passages qu'il a traduit.

Malachi Beit-Arié, Ludwig Jesselson Professeur de Codicologie et de Paléographie à l'Université hébraïque de Jérusalem a examiné la codicologie du manuscrit.

Thérèse Metzger, historienne de l'art, présente l'iconographie et les enluminures du manuscrit.

Nice Ugolotti, Conservateur des Manuscrits Hébraïques de la Bibliothèque Palatine a décrit la Collection de Rossi à Parme. De Rossi compila et publia un catalogue de sa bibliothèque en 1803, mais en l'espace de plusieurs années, en 1816, il prit la décision de vendre sa collection à l'épouse de Napoléon, Marie-Louise, Duchesse de Parme, pour 100 000 francs. Marie-Louise offrit la collection en cadeau à la Bibliothèque Palatine, qui l'abrite encore de nos jours.

Le volume de commentaires, édité par Jeremy Schonfield, contient des informations non disponibles auparavant. Il offre également aux non-initiés une introduction au monde de la pensée et de l'art juif du Moyen-âge.

Pages 58-59 du volume de commentaires.
Scène du folio 188b - Psaume 127 - ‘ Si l'Eternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent, y travaillent en vain ...’

Le commentaire majeur d'Ibn Ezra sur les Psaumes n'a jamais auparavant été traduit dans sa totalité, c'est pourquoi cette édition permettra aux chercheurs et aux non-initiés de finalement apprécier son raffinement. Emmanuel Silver présente une vue d'ensemble savante de la vie et de l' œuvre d'Ibn Ezra, y compris des traductions de certains de ses plus importants commentaires sur les Psaumes. La majorité des faits concernant la vie d'Ibn Ezra sont entourés de mystère, il est en conséquent devenu le héro de nombreuses légendes, dont certaines sont de la fantaisie pure. Emmanuel Silver éclaircit les faits, en soulignant ce qu'il y a de plus saillant, y compris la preuve de la mort d'Ibn Ezra à Londres. Il rattache également les idées d'Ibn Ezra aux écoles de pensée dominantes de son temps.

Certains aspects de sa personnalité complexe apparaissent à travers des remarques éparpillées dans ses ouvrages, notamment dans ses poèmes, dont certains ont une note de détachement courageux. Le volume de commentaires expose non seulement la place de la contribution originelle d'Ibn Ezra pour la compréhension des Psaumes dans la vie juive, mais décrit également le monde d'ou provient ce manuscrit particulier. Aux cours du treizième siècle, les Juifs d'Italie firent face à de violents assauts sur leur vie et sur leur foi. Le quatrième concile œcuménique du Latran en 1215 tenta de les réduire en servage, et introduisit le port obligatoire d'une marque distinctive, la rouelle, tandis que le 'procès' et la crémation publique du Talmud qui eurent lieu à Paris en 1240 ont également eut des répercussions sur l'Italie. En 1278 la précarité de leur position fut exacerbée par la passation du pouvoir sur le Sud de l'Italie des souverains angevins aux papes. La majorité des Juifs habitaient le sud de l'Italie - entre 12 000 et 15 000. À la suite d'une accusation de crime rituel commit à Trani, une croisade violente fut menée pour la conversion des Juifs, dont la moitié environ succomba en 1294. Les autres furent forcés de fuir, d'autres encore parvinrent à pratiquer leur foi en secret. Ce livre exquis fut commandité et préparé au treizième siècle.

Extrait du volume de commentaire:

Of all the bright stars in the firmament of medieval Jewish history and literature, perhaps the most fascinating personality is Rabbi Abraham ben Meir, surnamed Ibn Ezra, of Tudela in Spain. He is celebrated equally as an incessant traveller, as a lifelong luckless but cheerful pauper, and as an amazing polymath, prolific writer and poet. Up to a couple of generations ago, you could mention his name to the average Jew in the synagogue - or for that matter the average Jewess in the kitchen, or even the child in cheder - and you would call forth a plethora of anecdotes, epigrams, travels, adventures, witty retorts and a list of literary works.
     Compare him with, say, Moses Maimonides, his younger coeval and compatriot, who likewise left Spain, travelled far and authored numerous books. He, too, is familiar to the Jewish masses thanks to the survival of a great deal of biographical details. But fascinating? Was he not a cold, logical thinker, a rational philosopher, a strict, legalistic codifier, a dry moralist who delighted in disabusing his contemporaries of their fond beliefs in the existence of demons and the efficacy of astrology and witchcraft? Ibn Ezra, by contract, is all light, wit, warmth, humour, adventure, poetry, a generous purveyor of astrological treatises and horoscopes, a pauper but a cheerful one, a man of the people wherever fate took him - isn't he?
     And yet, when we look closely at the evidence available, the comparison may have to be turned on its head. Maimonides' life is extraordinarily well documented. Hundreds of his letters have survived and been published, many of them 300 years ago. He could trace his descent back through seven generations of distinguished rabbis[1] (although we never hear of his mother). He was ascetic, yes, but not cold; he was very emotional[2] and compassionate.[3] A large part of the motive behind his second major opus, the legal code, was his desire to lead back to full belief and observance those of his coreligionists who had begun to fall under sectarian influences - and he succeeded by persuasion where his predecessors (e.g. Rabbi Saadia Gaon) by literary belligerence had generated more and more resistance. His third great work, The Guide for the Perplexed, was undertaken, not as a prescriptive code of what Jews should believe, but in response to an appeal by a young aspiring scholar in distant Iraq for guidance in his search for truth. And his fourth celebrated corpus of writings - the medical works - includes countless letters answering cries for help from the sick, Jewish and Muslim. His nursing of Richard the Lionheart (his employer's enemy) back to health is attested. On this score, too, should be remembered his description of his daily routine (in a letter dissuading a young French scholar from making the hazardous voyage to visit him at Cairo): 'When I return in the afternoon from my duties at Court, I find my surgery besieged by the sick waiting to consult me, both rich and poor, and I am so exhausted that I have to lie down while seeing patients.'[4]

Footnotes
[1] See the subscription (author's postscript) at the end of his first great work, the Commentary on the Mishnah.
[2] Compare his letter to Japhet ben Elijah, dayyan at Acre: ' ... The greatest evil that has ever befallen me in my life, the death of [his younger brother David] who was drowned in the Indian Ocean, taking with him a huge amount of money, his own, mine, and other people's, and leaving his baby daughter and his widow with me. For a year after hearing the news I was dangerously ill in bed with a serious skin disease and fever and depression. Since then, for the past eight years, I am still grieving and unconsoled. How can I feel consoled? He grew up on my knees, he was my brother, my pupil, he it was who ran the [family] business and earned our living while I could sit in peace [to study and write]. He was knowledgeable in... My only joy was seeing him... Every time I see his handwriting or one of his books, my heart turns over and my sorrow is reawakened ... '
[3] See, for instance, his Iggereth Teman and Iggereth ha-Shemad.
[4] The passage actually runs thus: '... You are welcome to come ... I long to see you ... but I would not like you to endanger yourself on such a voyage, for all you would achieve would be the sight of my face ... Do not hope to have my company or my attention for a single hour by day or night. This is how I pass my time: I live in Fustat and the king lives in Cairo two kilometres [lit., 'two sabbath journeys'] away. I have to visit him every morning early. If he feels weak or ill, or if any of his children or wives is sick, I will be there most of the day. Then one or two of his courtiers may feel ill and require my attention. In sum, ... if nothing untoward arises, I arrive home, never before midday, starving with hunger, to find the porticos brim full of people - Gentiles and Jews, important and ordinary, judges and officials, friends and enemies, all kinds - who know when I return. I dismount from my donkey, wash my hands, go out to them and beg them to fogive me while I eat a snack, the only meal I manage in twenty‑four hours. Then I go out and treat them and write them prescriptions and remedial regimes. They never cease entering and leaving until nightfall, sometimes two hours later or more. I speak with them lying prostrate from exhaustion. At night I am too weak to speak. In short, nobody can have a private discussion with me except on the sabbath. Then all or most of the congregation come after prayers and I give them instructions for the rest of the week ...' (Letter of Moses ben Maimon to Samuel ben Judah Ibn Tibbon, translator of The Guide for the Perplexed from Arabic into Hebrew. Dated 8 Tishre 1511 Greek Era [September/October 1199].

 
Codicologie
  • 452 pages, taille 13.5cm x 10cm (5.33 po x 4.0 po).
Papier
  • Plusieurs années de recherche ont abouti à la fabrication d'un papier qui simule parfaitement l' opacité, la texture et l'épaisseur du vélin sur lequel le manuscrit fut écrit. Le papier a été moulu dans une petite usine à papier des Alpes qui a également fabriqué les papiers utilisés dans nos autres fac-similés et qui ont été loués de toutes part pour leur ressemblance sans égal au vélin. Le papier non-couché au pH neutre a été développé exclusivement pour ce fac-similé.
Photographie
  • Le manuscrit a été défait et chaque bi-feuillet soigneusement 'détendu' par le conservateur, afin qu'il soit bien à plat pour la prise en photo. Le manuscrit a été photographié avec du film grand-format à travers du verre optique spécial qui parait 'blanc' et 'plat'.
Séparation des couleurs et Épreuvage
  • Les séparateurs de couleurs combinèrent le travail de scanners laser avec du travail précis à la main pour préparer les séparations de couleurs nécessaires aux premières épreuves. Celles-ci ont ensuite été comparées au manuscrit original à Parme par le séparateur, l'éditeur et l'imprimeur. Les épreuves ont été re-corrigées en conséquence. Nous avons préparé jusqu'à quatre épreuves pour chaque page afin d'obtenir une ressemblance parfaite.
Impression
  • Le fac-similé a été imprimé par lithographie offset jusqu'à dix couleurs. Chaque page a été imprimée sous le contrôle des éditeurs, qui demeurèrent en Italie au site de la presse pendant la durée entière de l'impression.
Dorure
  • L'or bruni du manuscrit est préservé de manière remarquable malgré le fait qu'il a été apposé il y a presque 700 ans; il a été reproduit par une accumulation de la surface en-dessous de l'or avant d'apposer individuellement la feuille de métal à chaque page.
Découpage
  • Chaque page a été découpée selon la taille et la forme exacte de l'original avant d'être dorée avec de l'or 23 carats.
Reliure
  • Le fac-similé est relié avec du vélin de la meilleure qualité avec un dos en peau de mouton Havana. Doré à chaud, puis patiné et vielli à la main, le fac-similé comporte une étiquette en maroquin verte sur laquelle le titre du volume est estampé. La formation originelle du cahier du manuscrit a été scrupuleusement gardée.
Le Volume de commentaires
  • 280 pages imprimées sur du papier bleu Fabriano Ingres. Relié avec du veau souple brun foncé, doré à chaud sur le dos.
Certificat cadeau
  • Un certificat enluminé peut accompagner chaque fac-similé, dédicacé à une personne ou à une institution, et peut être inscrit à la main par notre calligraphe.
Présentation
  • Le fac-similé et le volume de commentaire sont abrités dans un coffret élégant marbré à la main, aux bords en maroquin..
É dition
  • Le tirage est strictement limité à 500 copies numérotées et 50 copies Ad Personam . Chaque volume a été discrètement numéroté à la main à l'intérieur de la reliure et est accompagné d'un certificat numéroté qui porte le cachet de la Bibliothèque Palatine et la signature du Conservateur. Une fois les fac-similés reliés, les plaques d'imprimerie ont été détruites afin de garantir et de préserver la valeur importante d'investissement de chaque fac-similé.
Envoi, Emballage et Assurance
  • Le prix comporte un emballage robuste, livraision par courrier international et assurance
  • Service UPS pour la plupart de nos envois
  • Livraison internationale du jour au lendemain possible sans coûts additionnels
  • Facture électronique et détails de repérage envoyés instantanément par courriel
 
Achat Le prix du Psautier de Parme est de £2,235.00. acheter »